Le syndrome de l’imposteur est une attitude qui consiste à rejeter son propre mérite, et qui touche environ 70% de la population, femmes et hommes confondus. Les freelances qui travaillent très souvent en solitaire, ou qui, s’ils font partie d’une équipe, sont très fréquemment considérés comme les “nouveaux arrivés - premiers partis”, sont particulièrement exposés à ce sentiment d’illégitimité. Obtenir des retours sur son travail et avoir besoin de reconnaissance lorsque l’on est en poste est tout à fait légitime, en particulier dans un monde tech et data ultra concurrentiel, qui laisse peu de place à la subjectivité et à l’empathie.

Très souvent, le syndrôme de l’imposteur peut amener à nier son mérite, à douter de ses compétences et à attribuer sa réussite à des causes extérieures comme de la chance ou des relations extérieures,  qui sont indépendantes de ses qualités. Pour compenser, nous sommes nombreux à nous plonger dans le travail, souvent de manière compulsive ou acharnée afin de nous rassurer ou de rassurer les autres sur nos capacités… au risque de nous épuiser.  

Lors de notre Comet Free Talk dédié au syndrôme de l’imposteur, nous avons eu le plaisir d’accueillir Charles-Louis Allizard alias ok_charlo, un expert spécialisé en coaching auprès de freelances en tech et data. Découvrez ci-dessous quelques-uns de ses conseils. 

Libérez votre potentiel dans votre quotidien professionnel et personnel

 

1. Savoir séparer confiance et compétences

Face à un nouveau projet, il est normal de douter : suis-je assez compétent pour mener cette mission au bout ? Vais-je réussir à atteindre les objectifs de mon client ? Douter de soi est tout à fait sain. Le problème est quand ce doute vous empêche d’avancer. Il est important de distinguer votre confiance en vous et vos compétences.  La confiance n’est pas une condition à l’action, elle est une résultante de l’action. Vos missions en tant que freelance, vont venir enrichir vos compétences. Elles vont être amenées à évoluer tout comme votre confiance en vous au cours de votre parcours.

2. Cultiver son incompétence à la recherche de nouvelles solutions

Tout le monde connaît des difficultés. Il est donc primordial d’arrêter de vous comparer aux autres ! Soyez confiant dans la direction que vous souhaitez donner à votre vie professionnelle et personnelle. 69% des freelances tech et data de la communauté Comet choisissent leurs missions en fonction des compétences qu’ils souhaitent améliorer. 51% se forment sur leur temps libre via des projets personnels ou open source. L'apprentissage et l’autoformation occupent donc une place prépondérante chez les freelances comme nous vous l’expliquons dans notre guide.

3. Communiquer avec vos interlocuteurs

Arrêter d’être narcissique ! La plupart du temps, le syndrome de l’imposteur est issu de votre peur de ce que les autres vont penser de vous. Et si vous inversiez cette tendance ? Demandez-vous comment vous pouvez aider votre interlocuteur : quel est le besoin de votre client ? Comment pouvez-vous définir ensemble ses objectifs afin de l’aider à atteindre au mieux ses résultats ? Le dialogue est souvent la clé et vous aide à mettre à concentrer vos efforts et votre attention sur l’essentiel.

4. Accepter de pas être un expert et choisissez votre environnement

Vous ne serez jamais un expert complet. Mais vous avez des compétences spécifiques. Trouvez votre niche, et identifiez quel est le stack nécessaire pour mener à bien votre projet. Il est également important de trouver un environnement bienveillant dans lequel vous pourrez vous épanouir. Retrouvez sur notre blog, des conseils, des bonnes pratiques et des partages d’expériences pour vous aider au quotidien.

Chez Comet, nous souhaitons ouvrir la voie vers un monde du travail épanouissant, flexible et innovant.  Notre série de webinaires Comet Free Talk avec Charles Louis Allizard s’inscrit dans cette démarche de bien-être au travail pour un freelancing plus durable et éthique.